Train d'enfer ange rougeIl s’agit ici du premier roman de Franck Thilliez, je n’avais pas commencé par celui-là, c’est en fait le troisième roman que je lis de cet auteur. On suit ici les aventures de Franck Sharko dont sa femme a mystérieusement disparu six mois plus tôt. Une affaire de meurtre démarre et il est chargé de l’enquête. Jusque-là tout va bien. Mais le dévoilement de la scène de crime va vite nous montrer ce qui se fait de plus infâme en matière de meurtres.

La scène parfaitement décrite est juste ignoble. Ce livre va nous plonger dans une descente aux enfers, nous menant dans des lieux glauques et sordides. Les pistes vont se multiplier, à tel point, que, comme notre héros on ne saura plus vers quoi s’orienter. Et pourtant, la résolution de l’énigme se fera habilement sans aucune difficulté de compréhension.

L’auteur nous emmène dans les milieux malsains, du sadomasochisme, du voyeurisme, torture physique et psychologique. Tout va y passer. Certaines scènes sont particulièrement bien écrites, ce qui les rend encore plus infâmes et écœurantes au point qu’on voudrait jeter le livre et ne plus voir ça. Et pourtant, on ne peut pas lâcher le livre, on ne peut pas rester impassible, on veut savoir qui ose faire de telles atrocités, et surtout pourquoi.

J’ai aimé ce livre autant que je l’ai détesté, je me suis perdu en cours de route, j’ai eu peur d’une fin trop bizarre, trop alambiqué. Et pourtant, lorsque j’ai terminé ce livre, j’en ai été très satisfait. L’auteur réussit sans que l’on s’en rende compte, à nous mettre dans la peau du héros et voir à travers lui toutes ces visions d’horreur. Du grand Franck Thilliez sans nul doute, même si au début le coté gore, glauque et malsain peut rebuter.